Cabaret Marionnettique #3

Par les étudiantes de la Classe marionnette du Conservatoire d’Amiens
Ce sont des moments insolites pour découvrir, en journée ou en soirée, des formes courtes créées et interprétées par de jeunes artistes. C’est aussi l’occasion, après le spectacle, de se retrouver pour un moment convivial autour d’un verre.

Alors… apportez des victuailles à partager pour une pause gourmande une fois le spectacle terminé !

DATE : MERCREDI 30 MAI À 14H30
GLISY

16h30 : Pause gourmande

17h30 : découvrez le spectacle Pour une fois que tu es beau de Pierre Tual

Atelier découverte : Construction et manipulation de monstres en papier – Avec Pierre Tual.
Ouvert à tous, dès 12 ans – Gratuit, sur inscription. Jeudi 31 mai de 18h30 à 21h.

Au local “ Centre Bourg ”
Glisy (80)

Entrée libre
sur réservation

« Il est 6h du matin, tu sors du cockpit ». Cette adresse à ce conducteur de drone dans l’armée, est l’occasion
de questionner les maux d’un système de violence. Ses souvenirs se mélangent à sa routine, nous sommes dans son espace mental, ses impressions.
Et si on décidait d’ouvrir les possibles  ? Comment sortir de l’enfermement ?

Sculpture et musique.

Sur l’intrusion des nouvelles technologies dans notre intime.

Dans un monde où l’on ne voudrait plus attendre, un monde où l’on ne voudrait plus désirer ça…
On veut voir ça. Dévoilé au grand jour, surexposé
– « Ça a débuté comme ça.
Moi j’avais jamais rien dit, rien. »

Une histoire s’emballe parfois dans un sac, jusqu’à ce qu’un jour, un conteur un peu fou vienne la réveiller, la vider. Boris Vian, dans son roman L’Écume des jours, fait d’un drame une drôlerie sombre et loufoque, une poésie émerveillée. Voilà ici le travail, retrouver cet espace de narration où l’écrivain, l’histoire, l’imagination et la poésie échangent et s’harmonisent, fabriquent de la beauté avec du tragique. Ainsi, les marionnettes sont autant d’objets imaginaires qu’ils sont les protagonistes de l’histoire en train de se faire.

Le personnage/narrateur, lui, est venu livrer et délivrer les morceaux d’un poème, liant ensemble les éléments épars, mettant en scène une histoire de papier. Le tout restant à la frontière du rêve et de la réalité.