GRASSE CARCASSE

Explorer la fine frontière qui sépare deux arts pourtant assez similaires. Retrouver l’importance du texte, la beauté du graphisme, la profondeur du sens qui se trouvent dans chaque dessin pour les transposer sur scène. Mêler l’univers de la bande dessinée à celui de la marionnette et en tirer une harmonie parfaite. Pendant qu’une impressionnante marionnette habitée vit l’instant présent et subit un interrogatoire réaliste, une minuscule réplique revit le passé derrière un écran d’ombres chinoises, avec une esthétique onirique et un trait sombre très proche de celui de l’auteur.

Entre le dessin et la scène, entre la bande dessinée et le réel, un équilibre fragile qui traduit bien celui de notre anti-héros à la grasse carcasse, qui remonte le courant de son histoire pour tenter d’expliquer comment on en vient à se faire du mal et à faire du mal aux autres. Tout est parti du Blast, cette déflagration mentale qu’il a encaissée, le jour où son père est mort… Jusqu’où la sensation d’être enfin libre peut-elle nous mener ?