JARDIN TANTÔTESQUE

Prendre le temps. Le temps de visiter un magnifique jardin découpé en tableaux plus ou moins ombragés. Le temps de suivre le lapin blanc le long des allées bordées de taillis taillés. Le temps de se perdre dans un labyrinthe fleuri aux couleurs bigarrées. Et de se poser dans l’herbe pour respirer, pour rêver, pour inventer des formes aux nuages que l’on regarde passer. Prendre le temps de faire la connaissance de Tantôt, la marionnette de l’être qui vit dans un autre temps, perdu dans un monde où tout va trop vite, curieux de rencontrer tous ces gens tellement pressés. Le temps de se donner rendez-vous sous un arbre pour qu’il nous conte ses aventures, de faire une promenade avec lui au milieu de la verdure, de voir quels exploits il peut accomplir, curieusement en peu de temps. Le temps de s’attacher à ce personnage étrange, ami des escargots, qui met une heure à traverser la route mais seulement une semaine pour remplir un jardin de ses travaux.

Prendre le temps de suspendre le temps, juste une soirée, pour se retrouver et danser au son de la musique qui défile toujours plus vite, mais dure jusqu’à bien après que la nuit soit tombée. Prendre le temps de prendre le temps, pour soi, pour les autres, pour Tantôt, le temps de se souvenir de sa valeur, de son importance et d’apprendre à mieux le savourer. Le temps de réaliser à quel point il file, à quel point il est précieux et combien il est facile d’oublier comment mieux en disposer.